31 août 2005


Pin sylvestre Posted by Picasa

Pin sylvestre Posted by Picasa

Pin a crochets Posted by Picasa

Vase de S�vres Posted by Picasa

Panorama gorges de la Jonte Posted by Picasa

Rochers Posted by Picasa

Beau nebari sur un pin Posted by Picasa

Un pro, Laurent Breysse
















Je vous présente en quelques lignes et en quelques mots un pro du bonsaï bien sympathique chez qui je vais régulièrement depuis plusieurs années et qui est devenu un ami. Laurent travaille dans une pépinière au Puy-en-Velay en Haute-Loire et je vous conseille d'y aller faire une petite balade. C'est un passionné de Nature, d'arbres et surtout de pins comme moi.

Vous pouvez également visiter son site, http://www.auvergne-bonsai.com/. Mais c'est dur de retrouver sa bonne humeur, ses conseils, l'atmosphère de sa pépinière à travers un écran, alors y a plus qu'à sortir la voiture et y aller faire un tour.

Petite précision

Juste une petite précision sur les photos d'arbres que je fais passer sur ce blog. Ce sont des arbres qui me plaisent beaucoup, sur lesquels mon regard s'arrête.... mais ce sont pas forcemment les miens. Ce sont parfois des arbres d'amis, ou croisés lors de stages....

En gros, c'est juste pour le plaisir des yeux.

Pin sylvestre Posted by Picasa

Magnifique pin de Thumberg Posted by Picasa

Parc Floral (Paris) Posted by Picasa

Lanterne Posted by Picasa

Ecole Suzuki

On essaie de monter un 4ème groupe pour suivre l'Ecole de Maître Suzuki sur Montpellier. Nous sommes 10 pour le moment. Il ne manque plus que quelques personnes pour être sur que çà se fasse.
Donc si vous êtes intéressé, vous pouvez contacter Gilbert LABRID au 04 67 52 84 52 (tél. du magasin) ou trouver quelques infos sur son site. Pour espérer ouvrir une session de cette école nous devons être un minimum de 15 personnes. Il est même fortement conseillé d’être une vingtaine de personnes dès le début car par expérience certaines d’entre elles quittent parfois la formation pour des raisons diverses (ex : déménagement, aléas de la vie, etc..) La formation se fait sur 6 ans + 2 années supplémentaires si certaines personnes veulent obtenir un niveau instructeur. Le nombre minimum de 15 personnes permet d’obtenir le prix de 300 euros par personne pour les 3 jours. Il faut ajouter à ce coût le prix du repas du midi et du logement pour celles et ceux qui devront se loger. (ce qui fait 100 euros par jour, comparer avec les tarifs de certains stages en France.....)
Ce prix de 300 euros inclut le cours dispensé par Monsieur Suzuki avec un traducteur. Si nous descendons en dessous de 15 personnes le prix augmente, d’où l’utilité d’être un peu plus que 15 personnes lorsque nous allons débuter… Les cours sont dispensés sur 3 jours – 2 fois par année. Comme cette école rencontre un certain succès, les week ends sont coupés en deux et partagés entre les différentes sessions.

Pour information, voivi le programme sur 6 ans
MAITRE HIDEO SUZUKI ---------------------------------------------------------------------1er COURS ELEMENTAIRE (Cours ouvert à tous) 1er sujet : Introduction au Bonsaï Théorie : Introduction au Bonsaï (ce qu’est le Bonsaï pour Maître Suzuki) Choix et préparation des arbres à transformer en Bonsaï. Etude des essences les plus adaptées. 2ème sujet : Forme Presque Verticale (MOYOGI) Théorie : La forme presque verticale (Moyogi). Sinuosité du tronc, élégance du mouvement, position des branches. Pratique : Travail d’un arbre dans cette forme. 3ème sujet : Forme en Cascade (KENGAI) Théorie : La forme en cascade et ses variantes : - Han Kengai (semi-cascade) - Neagari Kengai (avec les racines découvertes) - Kabu Kengai (multitroncs) - etc.… 4ème sujet : Théorie : Introduction aux cours suivants et conseils sur le type de matériel à travailler. Pratique : Travail d’un arbre dans une forme, au choix de l’élève. --------------------------------------------------------------------------------------------- 2ème COURS ELEMENTAIRE 1er sujet : Les conifères Théorie : Qu’est-ce qu’un conifère ? Différence entre les espèces. Comment mettre en valeur les particularités de chaque essence. Comment appliquer le fil sur les conifères, quand et pourquoi. 2ème sujet : Application du fil à ligaturer Pratique : Former ou modifier un conifère : forme au choix du participant. 3ème sujet : Forme Droit Formel (CHOKKAN) Théorie : Présentation de la forme et de ses variantes. Position et longueur des branches. Pratique : Travail d’un Bonsaï dans cette forme. 4ème sujet : Formes en Double tronc (SOOKAN) et Triple tronc (SANKAN) Théorie : Présentation des formes dans toutes les variantes. SOOKAN avec troncs rapprochés, avec fils, avec un tronc flottant etc.. SANKAN : dimension des troncs, position, rapport entre la hauteur et la grosseur.. Pratique : Travail d’un Bonsaï dans une de ces formes.
--------------------------------------------------------------------------------------------- 3ème COURS ELEMENTAIRE 1er sujet : Les arbres à feuilles caduques Théorie : Particularité des essences. Elégance et forme. La ramification, le ligaturage. Pratique : Création ou modification d’un caduc : Forme au choix du participant. 2ème sujet : Forme Battue par les Vents (FUKINAGASHI) Théorie : La force de la Nature est exprimée dans ce style. Position du tronc. Position des branches. Pratique : Travail d’un Bonsaï dans cette forme. 3ème sujet : Formes à Troncs Multiples Théorie : Radeau (IKADABUKI) Cépée (KABUDACHI) Racine rampante (NETSURANARI) Particularités de ces formes et techniques de réalisation. Pratique : Transformation d’un arbre en Bonsaï dans l’une de ces formes.
--------------------------------------------------------------------------------------------- 4ème COURS ELEMENTAIRE 1er sujet : Le rempotage Théorie : Technique et période du rempotage. Différence entre conifères et feuillus. Pratique : Rempotage d’un conifère ou d’un feuillu. 2ème sujet : SHOHIN Bonsaï et présentation des Shohin Théorie : Technique de travail des SHOHIN. Essences et poteries adaptées. Conseils pour la présentation. Pratique : Travail sur plusieurs SHOHIN. 3ème sujet : La forme Rupestre (ISHIZUKI) Théorie : Techniques de création d’ISHIZUKI. Variété des styles. Pratique : Création d’un ISHIZUKI. Ces sujets seront traités en deux jours, les premier et troisième. La seconde journée est entièrement consacrée à l’examen. EXAMEN POUR ACCEDER AU NIVEAU INTERMEDIAIRE L’examen comporte une seule épreuve. L’épreuve consiste dans la transformation d’un arbre ‘brut’ dans une des formes étudiées précédemment. Chaque candidat devra porter un arbre à travailler pendant l’épreuve avec le matériel pour réaliser son travail. Le Maître évaluera : le choix de la face, la position du tronc, la taille des branches, le ligaturage etc..
--------------------------------------------------------------------------------------------- 5ème COURS INTERMEDIAIRE 1er sujet : Mochicomi pour conifère et caduc, modification des Bonsaï Théorie : Travail de maintenance, taille, pincement. Transformation (Mochicomi) Pratique : Modification d’un arbre travaillé lors d’un cours précédent. 2ème sujet : Bonsaï à fleurs Théorie : Les essences à fleurs. Spécificité, architecture, formes. Ligaturage. Rempotage et choix du pot. Pratique : Travail d’un arbre à fleurs. 3ème sujet : Bonsaï d’Azalée Théorie : Culture des Azalées pour Bonsaï. Les variétés adaptées. Application du fil à ligaturer. Rempotage et choix de la poterie. Pratique : Travail d’une azalée. 4ème sujet : Bonsaï à fruits Théorie : Espèces d’arbres à fruits pour Bonsaï. Production des fruits. Taille des branches. Terres. Engrais. Formes des arbres et choix de la poterie adaptée. Pratique : Travail d’un arbre fruitier.
--------------------------------------------------------------------------------------------- 6ème (ou 7ème) COURS INTERMEDIAIRE COURS du PRINTEMPS 1er sujet : les plantes d’accompagnement Théorie : Les espèces : fleurs, feuilles, bulbes, mousses et fougères. Manière de représenter les saisons. Valorisation du Bonsaï avec l’accompagnement adapté. Préparation : espèce unique – diverses espèces mélangées. Poterie : forme et couleur. Pratique : Composition de plusieurs scènes et mise en pot. Le Maître conseille d’apporter divers types de plantes, d’herbes, de mousses de couleurs différentes, des lichens et des fleurs de montagne pour pouvoir réaliser les compositions. En outre il est recommandé d’apporter plusieurs petits pots, ronds et ovales de diverses couleurs ; de petites pierres peuvent aussi être utilisées. 2ème sujet : La forme en Forêt (YOSE UE) Théorie : La forme en Forêt Pratique : Création d’une forêt. 3ème sujet : Mochicomi Théorie : Greffe, marcotte, bouture. Technique d’amélioration du NEBARI. Pratique : Modification d’un arbre travaillé lors d’un cours précédent. 4ème sujet : TAMBAHO Théorie : Comment et quand on peut employer la méthode Tambahò. Pratique : Mise en œuvre de cette technique sur les Pins.
--------------------------------------------------------------------------------------------- 7ème (ou 6ème) COURS INTERMEDIAIRE COURS d’AUTOMNE 1er sujet : L’aspect artistique du Bonsaï 2ème sujet : Le Genévrier (SHIMPAKU) Théorie : Modelage d’un genévrier en réalisant JIN et SHARI. Technique de travail et maintenance. Pratique : Travail d’un genévrier en réalisant JIN et SHARI 3ème sujet : Le Pin Pentaphylla Théorie : Les types de pins, en particulier le Pin pentaphylla. Pratique : Création ou modification d’un Pin. 4ème sujet : Mochicomi Théorie : Mochicomi et réalisation personnelle de formes particulières. Pratique : Modification d’un Bonsaï travaillé dans le passé.
--------------------------------------------------------------------------------------------- 8ème COURS INTERMEDIAIRE 1er sujet : WABI et SABI Théorie : Wabi et Sabi Pratique : Restructuration d’un de vos arbres. 2ème sujet : La forme du Lettré (BUNJIN) Théorie : La forme Literati et le matériel adéquat pour la réaliser. Pratique : Travail d’un arbre dans cette forme. 3ème sujet : Le choix de la poterie Théorie : Comment choisir la poterie la mieux appropriée à chaque arbre. Le second jour et la matinée du troisième sont entièrement dédiés à l’examen : les sujets ci-dessus seront traités le premier jour et le troisième dans l’après-midi. EXAMEN POUR ACCEDER AU COURS SUPERIEUR L’examen comporte deux épreuves (durée : un jour et demi) 1ère épreuve : Transformation d’un arbre en Bonsaï dans l’une des formes étudiées précédemment. 2ème épreuve : Installation d’un Tokonoma avec un Bonsaï travaillé lors d’un cours précédent et déjà rempoté dans un pot adapté. Le Maître évaluera : le choix du matériel, le choix du vase, l’expression de la saison, l’harmonie globale. Chaque candidat devra apporter tout le matériel nécessaire aux deux épreuves. (Important : chaque élève doit porter la table et la plante d’accompagnement pour préparer son propre Tokonoma) --------------------------------------------------------------------------------------------- 9ème COURS CLASSE SUPERIEURE 1er sujet : Pincement et taille des Erables et caducs Théorie : Pincement, taille, défoliation des Erables et des caducs en général (Mochicomi) Pratique : Remodeler un arbre à feuilles caduques. 2ème sujet : Travaux de saison Théorie : Travaux de saison et de maintenance sur les pins et les conifères en général (Mochicomi). Pratique : Modification d’un ou de plusieurs conifères. 3ème sujet : Révision du Tambaho 4ème sujet : Programme libre Pratique : Journée de travail avec un programme libre. Chaque élève peut créer, transformer ou seulement montrer des arbres au Maître pour avoir des conseils. Aucune limite dans la dimension des bonsaï ou dans le nombre.
--------------------------------------------------------------------------------------------- 10ème COURS CLASSE SUPERIEUR 1er sujet : Technique avancée Théorie : Technique avancée pour le Mochicomi Pliage des gros troncs Pratique : Modification et Mochicomi d’un ou plusieurs arbres 2ème sujet : Forme et style Théorie : Style particulier de haut niveau, ISHIZUKI. Pratique : Création d’un ISHIZUKI 3ème sujet : Exposition des Bonsaï Théorie : Exposition – Tokonoma – Shohin – Supports – Plante d’accompagnement. Pratique : Transformation et Mochicomi d’un ou plusieurs arbres. 4ème sujet : SHOHIN Bonsaï Théorie : Présentation et manière de les préparer. Pratique : Les élèves devront présenter un Tokonoma avec un de leurs arbres. Il est conseillé d’apporter tout le nécessaire pour la présentation ( tables, plantes, rouleau peint, suiseki, accessoires).
--------------------------------------------------------------------------------------------- 11ème COURS CLASSE SUPERIEURE 1er sujet : La beauté de l’espace vide Théorie : Le juste équilibre entre vide et plein ; Pratique : Remodelage d’un conifère ; 2ème sujet : Forme particulière de haut niveau, BUNJIN Théorie : Approfondissement de la forme Literati. Pratique : Travail d’un arbre dans la forme Bunjin. 3ème sujet : Défoliation des arbres caducs Théorie : Technique avancée pour le Mochicomi. Défoliation, taille des caducs. Pratique : Mochicomi de deux (ou plus) caducs, selon le choix du participant.
--------------------------------------------------------------------------------------------- 12ème COURS CLASSE SUPERIEURE 1er sujet : La restructuration Théorie : Restructuration d’un vieux Bonsaï Pratique : Restructuration d’un Bonsaï 2ème sujet : La présentation Théorie : Révision de l’exposition, Tokonoma, shohin. Le second jour et la matinée du troisième sont entièrement consacrés à l’examen : les deux sujets seront traités le premier jour et le troisième jour, après l’examen. EXAMEN DE FIN DE CLASSE SUPERIEURE L’examen est constitué de 3 épreuves pendant un jour et demi. 1ère épreuve : Texte sur le sujet suivant : « Que signifie pour vous le Bonsaï ? » 2ème épreuve : Création ou restructuration d’un arbre dans la forme favorite. 3ème épreuve : Installation d’un Tokonoma. La 1ère épreuve ( 2 à 3 pages dactylographiées, préparées chez soi) devra être envoyée au secrétariat au moins un mois avant la date de l’examen, pour donner le temps de traduire fidèlement le texte en japonais. La 2ème épreuve consiste dans le travail d’un ou deux arbres (en fonction de la dimension et de la difficulté) dans la forme préférée du candidat. Le Maître jugera : le choix adéquat du matériel pour la forme créée, le ligaturage, l’architecture de l’arbre. La 3ème épreuve consiste à installer un espace d’exposition avec un Bonsaï travaillé, amélioré et déjà placé dans le pot définitif, en utilisant : tables et supports, plantes d’accompagnement, suiseki et tout accessoire jugé nécessaire. Le Maître jugera : la direction de l’arbre, la plante d’accompagnement, le pot, la manière de présenter, l’harmonie globale. Les participants devront apporter tout le matériel nécessaire à leur présentation car tous travailleront au même moment, chacun dans son propre espace d’exposition.

Nouveau Talent 2005

La Fédération Française de Bonsaï a organisé comme tout les ans lors de son Congrès le Concours du Nouveau Talent.
J'ai participé à cette manifestation en juin dernier à Sochaux qui a été remporté par Olivier NOEL de Saint-Etienne. Il représentera donc la France au prochain Congrès européen de l'EBA en Pologne.
Le travail s'effectue sur des genévriers de Chine (malgré la période pas très favorable) et l'épreuve se déroule sur 3 heures.



Nous étions 9 à participer.

Mon travail sur ce genévrier de Chine en 3 heures (même moins!) .
Voici mon arbre (car on ne peut pas appelé cela un bonsaï à ce stade) après l'épreuve.
Mon travail a consisté simplement à sélectionner les branches et à les positionner dans l'espace (sans grosses torsions et sans tortillons). Je n'ai utilisé que du petit fil et un hauban pour évier de blesser l'écorce fragile à cette époque.
Mon seul regret est mon travail sur le bois mort et le shari qui est trop important pour la saison.

30 août 2005

Conseils de culture des pins


Si çà peut vous aider....

Emplacement: les pins aiment une exposition ensoleillée, donc le plus possible au plein soleil toute l'année. Je ne maintiens que les prélèvements de l'année à l'ombre et, par la suite, ils passent au plein soleil au maximum. Le pin a besoin de chaleur.
L'hiver, les pins supportent le froid et ne craignent pas les gelées. Je protège donc très peu mes pins sauf quand les températures descendent au delà des -10°C où je les protège avec des voiles d'hivernage ou je les rentre dans des chassis plastiques.

Rempotage: rempoter dans un bon mélange (drainant, aéré...) avec un bon pourcentage d'écorces de pin compostées. Il est préférable de ne pas rempoter trop souvent car ils n'aiment pas trop. Le rempotage doit se faire au printemps (quand les cerisiers sont en fleurs), dans une granulométrie plus fine pour les arbres avancés, sol chaud et après les premiers signes de débourrement (ceci est plus sur). A noter que les pins aiment les sols chauds, il n'est donc pas nécessaire de les rempoter dans des pots trop grands qui mettent plus de temps à chauffer. Les prélèvements sont mis dans une granulométrie plus grande que les arbres plus établis sur lesquels je travaille sur la ramification. J'utilise un mélange constitué en grande partie de pouzzolane, de pumice, de graviers concassés et d'écorces de pins (car je trouve facilement de la pouzzolane dans ma région). Il m'arrive aussi d'utiliser de l'akadama pour les arbres en pot en bonsaï. Il est utile de bien tamisé le mélange pour supprimer toutes les poussières qui forment une "pâte" au fond du pot avec le temps.

Taille: la taille de structure ou de préparation au bourgeonnement arrière s'effectue avant le démarrage de printemps pour remplacer les rameaux taillés par d'autres plus près du tronc. Si cette taille est bien faite en complément du désaiguillage (pour les arbres établis et uniquement les arbres établis), il n'est pas nécessaire de faire par la suite des metsumi et des mekiri.
Garder la ramification 2 par 2.
Pour augmenter le nombre de bourgeons et donc de ramification, je supprime la totalité de la pousse de l'année fin juin, début juillet. Cette opération peut paraître lourde mais elle marche très bien. En effet, on obtient facilement 3 ou 4 bourgeons au niveau de la coupe et des bourgeons en arrière. D'où l'importance d'usage d'engrais en automne pour favoriser ce bourgeonnement avec cette technique.

Pincement: réserver les pincements des chandelles aux arbres établis en phase de densification et forts.

Désaiguillage: désaiguiller en début d'été courant juillet ou en fin d'hiver pour favoriser l'entrée de la lumière dans les branches et par conséquent le bourgeonnement arrière sur les arbres établis. Il faut se baser sur le nombre d'aiguilles d'un bourgeon faible et laisser le même nombre de paires d'aiguille sur les bourgeons faibles afin d'équilibrer la force sur l'ensemble de l'arbre. C'est un travail très important sur les pins déjà établis pour plusieurs raisons: bourgeonnement arrière, équilibre de la force des bourgeons sur l'ensemble de l'arbre.
Mais sur les pins en formation et en travail (la plupart de nos arbres), ne pas désaiguiller!!! Le désaiguillage affaiblit l'arbre, la Nature fera très bien son travail tout seul et se débarassera des aiguilles dont l'arbre n'a pas besoin. L'arbre lors de ces travaux a besoin de toute l'énergie possible et chaque paire d'aiguilles peut fournir cette énergie à l'arbre.
De plus, quand on taille la pousse de l'année (fin juin - début juillet), on obtient plus facilement des bourgeons en arrière dans les anciennes aiguilles que sur un rameau désaiguillé.

Arrosage: le travail le plus important reste l'arrosage une fois que l'arbre est installé dans un bon substrat drainant. De lui dépend toute les étapes de travail. Pulvériser régulièrement l'arbre au niveau du feuillage surtout pendant les périodes estivales. Le pin supporte une période de sécheresse. Ce sont des arbres qui vivent dans la Nature plus par ce qu'ils absorbent au niveau foliaire qu'au niveau racinaire. Ceci explique l'intérêt d'une pulvérisation régulière. On considère qu'il faut au moins 10 ans de pratique pour maîtriser l'arrosage des pins.

Ma passion

Sur ces quelques pages, je vais essayer de vous faire partager ma passion de la Nature, des arbres et du bonsaï. En effet, depuis 2000, après m'être intéressé à la botanique et notamment à la flore des Causses, je me suis tourné vers le bonsaï suite à une rencontre passionnante et enrichissante avec Philippe.

Suite à cette rencontre, tout est allé très vite et j'ai découvert ce qu'est vraiment le bonsaï. Puis les rencontres se sont enchainées avec Gilles, Maby, Sylvain, Laurent, Olivier.... avec qui j'avance tout les jours depuis le décès de Philippe.

Mon idée est par conséquent de vous faire partager les paysages dans lesquels je vis, les arbres que je travaille, mes connaissances sur la culture des arbres.... et surtout mes connaissances sur le pin sylvestre ainsi que mes joies, mes déboires avec eux.

Au boulot et bonne visite...

Petite photo


Pin sylvestre Posted by Picasa

Produits anti transpirants

Après lecture de nombreuses discussions sur les prélèvements, chacun utilise sa petite recette (comme pour les substrats) post prélèvement. Le produit le plus utilisé reste le Tonus V en arrosage et en pulvérisation (même s'il est difficile de démontrer son utilité et son efficacité). Après, certains utilisent l'Agrosil vendu sous le terme de stimulateur racinaire. On parle aussi d'arroser au glucose à 1g/l..........

On peut donc en faire une longue liste, chacun trouvant son bonheur selon ses habitudes.
Par contre, revient souvent l'utilisation de produits anti transpirants juste après le prélèvement. Après une discussion avec Camille 500 sur EDG Bonsaï, j'ai pu éclaircir ma lanterne. Il s'agit tout bêtement d'huiles blanches de pétrole que l'on trouve dans les traitements d'hiver. Il faut bien sur lire avec attention les étiquettes de composition des produits pour vérifier que l'on y trouve que de l'huile blanche de pétrole et pas autre chose. Exemple: traitement hiver chez Bayer-Jardin.

Reste plus qu'à essayer, autant mettre toutes les chances de notre côté.

Conseils prélèvement des pins sylvestres

Voilà un sujet bien difficile et ouvert à débat... Le pin sylvestre rentre dans la catégorie d'arbres difficiles à prélever et affirmer que l'on rencontre que des succès serait mentir. Enfin, on essaie de mettre toutes nos chances de côté car quel plaisir de travailler et de contempler ces pins si élégants...

D'abord, sur les sites de prélèvements, ces lieux appartiennent le plus souvent dans ma région à des particuliers, généralement des agriculteurs. Il n'est donc pas difficile d'aller au moins poser la question au propriétaire pour avoir l'autorisation. Je n'ai pour l'instant eu aucun refus en se présentant tout simplement.

Au sujet de la période, beaucoup d'expériences différentes font que le flou y est artistique. De mon côté, j'ai essayé un peu toutes les périodes et il me semble que la fin de l'été, début de l'automne est une période plus favorable. Les prélèvements en août/septembre présentent me semble-t'il un meilleur taux de reprise qu'en avril qui doivent affronter les grosses chaleurs estivales. De plus, les pins ont fait leurs réserves en août/septembre pour le printemps suivant. Il faut juste envisager une protection hivernale pour les températures très basses.
Lors du prélèvement, je conseille d'après mon expérience de garder la vieille terre surtout sur les pins faibles si on a bien sur une motte. Sur des mottes argileuses, on peut bien sur essayer de réduire doucement la motte à l'aide d'une griffe pour arriver jusqu'aux premières racines. Il faut également garder le maximum de masse verte (je coupe uniquement les branches très longues) et le maximum de racines, quite à les enrouler dans le pot.

Puis, pas le moins important, la phase post-prélèvement qui va dépendre aussi de la météo des mois suivants. On conseille d'utiliser des anti-transpirants pour éviter une évaporation trop importante mais je n'en ai jamais utilisé. Jusqu'à maintenant, j'arrose la motte abondamment au Tonus V ainsi que le feuillage. Un des points les plus importants est la vaporisation plusieurs fois par jour du feuillage tout en maintenant la motte juste un peu humide.
Il faut faire très attention car un pin peut rester "vert" jusqu'à 12 à 15 mois après le prélèvement. Donc rien n'est forcemment gagné jusqu'à la deuxième année et une pousse forte.

Commence un long travail de patience et de culture. C'est là où on a fait beaucoup d'erreur et moi encore y a peu de temps. On travaille trop vite nos pins et on vit ensuite les déboires qui viennent avec. J'ai cette année des pins qui sont faibles à cause de ce travail trop précoce et important. Un pin faible a du mal à remonter; du coup, on perd soit l'arbre, soit des années de travail. PRUDENCE!!!

Il faut compter 3 à 5 ans (voir plus) avant de rempoter l'arbre puis attendre 2 à 3 ans avant d'envisager une première mise en forme. On conseille de mettre l'arbre en pot avant tout travail. En gros, pendant ces 3 à 5 ans de culture selon l'arbre, on doit avoir multiplier la végétation du pin par 3 ou 4. PATIENCE!!!

Cà peut paraître très frustrant mais quand j'ai vu quelques uns de mes yamadori finir au compost à cause de mon impatience et de méconnaissances, je conseille la PRUDENCE et la PATIENCE. C'est l'arbre qui décide et non nous!!! Y a des pins forts qu ne s'apercoivent même pas qu'on les a bougé de place et d'autres qui jaunissent à peine on a sorti les ciseaux de la caisse à outil.

Je vous mettrai une photo de mes yamadori de la semaine dernière fait avec mon ami Olivier qui a lui aussi de beaux arbres en préparation et je vous tiendrai au courant des résultats au printemps prochain.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...