01 septembre 2017

Projet d'un pin sylvestre

J'ai un pin sylvestre prélevé il y a deux ans et demi qui me plait beaucoup par son côté atypique et ses mouvements. Il est pour l'instant en culture mais je médite divers projets: un coup penché, un coup redressé et compacté... Mon cœur balance: je garde que cette branche, non l'autre...!




(les photos ne lui rendent pas hommages et ne sont pas récentes, les bois morts ne sont pas nettoyés et ne ressortent pas)


Tous les projets se tiennent et feront un bel arbre mais j'aimerai garder ce côté atypique, d'un arbre qu'on se souvient. La branche la plus vigoureuse est très bien fournie pour construire un bonsaï mais la végétation est loin, et le début de la branche où il faut faire une grosse torsion présente un gros shari et complexifie un peu la torsion. La solution de facilité est la cascade ou semi-cascade mais je trouve que cela ne met pas en valeur le tronc et son mouvement. Puis cela fait un arbre "plus classique", du déjà vu même si cela serait beau.

Du coup, depuis le prélèvement, j'ai toujours gardé cette branche un peu longue, qui croise le tronc. La branche où on sent qu'on peut en faire quelque chose mais on ne sait pas quoi.
Et là, je vois passer une image sur Facebook sur le compte de Mickael Bonsaï: l'éclair!!!! Voilà mon projet vers quoi je veux aller! Tout s'éclaire.



On peut discuter du projet, les puristes vont dire que c'est pas dans les clous mais cet arbre me parle et j'ai envie de tendre vers ce résultat. Il faut trouver la bonne inclinaison du tronc maintenant pour mettre en valeur le mouvement et les sharis.

Par contre, cette branche est beaucoup plus faible que l'autre. Je dois donc continuer la culture pour la densifier. Je l'ai donc redressé pour qu'elle voit plus le jour et j'ai commencer à tailler l'autre pour rediriger la vigueur de l'arbre. A suivre...




11 août 2017

Epicéa

Il y a des arbres qui ne cassent pas trois pattes à un canard mais qui nous interpelle parfois, sans explications.
En sous bois, j'ai trouvé il y a 2 ans un petit épicéa qui m'a plu alors qu'il n'a rien d'exceptionnel au premier abord. Cela faisait un moment que je voulais mettre les mains dedans, chose faite.

Le voici avant:



La base est bien, le tronc élancé mais des branches très longues. L'enjeu est surtout de donner une première direction aux charpentières et d'ouvrir les branches pour que tous les bourgeons est la lumière. J'ai donc ligaturé entièrement l'arbre, supprimer 2 branches pour l'instant.

Il s'agit d'une première approche pour faire bourgeonner en arrière. Certaines branches disparaitront, certaines seront raccourcies, d'autres doivent grossir... L'arbre est trop "symétrique" mais je privilégie d'abord la culture et le maintien de la vigueur. Vu la taille du tronc, le nombre de branche réduira au fur et à mesure.

C'est pas une masterpiece mais j'aime bien cet arbre, un peu une sorte de challenge pour sortir un arbre dans 10 ans. Puis cela m'a fait du bien de mettre les mains dans un arbre.



Une idée d'évolution



07 août 2017

Mise en forme

La période des tailles et mises en forme commencent.
J'ai remis les mains sur quelques arbres dont ce buis qui évolue bien.

Au prélèvement



Après l'avoir laissé pousser, j'ai choisi de faire un gros nettoyage sur le feuillage en coupant les parties mal placées et de remettre un peu de fil sur les charpentières pour compacter cet arbre trapu.


26 juin 2017

Quelques arbres

Avec ces températures très chaudes, l'arrosage devient une tâche régulière et importante.
Voici quelques photos (de très mauvaises qualités en attendant que je fasse mieux):





01 juin 2017

Nouveau projet sur un prunus

En 2000, j'avais planté en pleine terre des jeunes plants de l'ONF (cèdres et charmes) qui réalisée une opération pour replanter suite à la tempête de 99.
J'avais mis ces plants dans un coin du jardin de mes parents à côté d'un prunier. Au milieu de ces plants, que je taillais une fois par an, a poussé je pense des plants de prunus des fruits qui ont pourri au sol. Ces plants ont l'air des fleurs roses.

En voici un qui me plait bien. Je l'ai sorti de terre ce printemps avec une taille plus que drastique. Il devait mesurer 1.80m et je l'ai coupé à environ 30cm.



Il est reparti très fortement. Je l'ai laissé tirer pour qu'il racine et là j'ai choisi de sélectionner quelques pousses afin de déjà poser quelques fils pour orienter et diriger les futures branches charpentières de ce futur shohin.
La tête sera je pense sur une branche que j'ai redressé mais j'ai gardé des branches en surplus pour qu'il racine encore et garde de la vigueur. Il faut que je recréé de la conicité. Je n'ai mis du fil qu'au début des branches sans les tailler car il faut qu'elles grossissent.



Voilà de quoi s'amuser et créer un shohin de qualité. A suivre

03 avril 2017

Sébastien au Japon

Je vous partage ici pour ceux qui ne le connaîtrait pas encore, le blog de Sébastien Joubert. Il a pris le parti de s'exiler 1 mois au Japon dans la pépinière de Nobuichi Urushibata.
Il nous fait profiter de son expérience, de son apprentissage et de beaux clichés des arbres de cette pépinière.
Merci à lui... Enjoy





24 mars 2017

Culture

Pas de secrets, les bases sont une bonne culture.
Après mes déboires, je reprends tout le monde en main. Du coup, j'ai rempoté quasi tous mes arbres, à 90% je pense. Gros boulot de préparer les substrats et de rempoter derrière, mais il le fallait.
La base du drainant!!! Alors après chacun sa recette, mais grosso modo j'ai utilisé pour la quasi totalité de mes arbres un substrat constitué de:
- 60% de pouzzolane (ce n'est pas forcement le meilleur substrat mais j'ai l'avantage d'en avoir à volonté pour très peu cher ici en Auvergne, 20€ la tonne),
- 40% d'un mélange de pumice, akadama ou kanuma quand je veux acidifier un peu et de gravier
- un peu de charbon actif et parfois un peu de perlite pour les très gros afin d'alléger le poids.




Les proportions peuvent varier un peu car ce n'est pas fait à la balance! L'essentiel est que cela soit drainant.
J'ai également utilisé des filets pour oiseaux autour des pots car depuis que j'ai aménagé à la campagne, les merles me retirent toutes les mousses, mais surtout me vident parfois les pots. C'est impressionnant mais surtout dangereux pour les arbres qui restent racines nues.
J'ai essayé les cd, de les nourrir, des bouts de fils dans les pots mais rien n'y fait vraiment. Cà fait rire les oiseaux!!!


Niveau engrais et mes doutes sur des engrais chimiques à bas prix (gros risque d'accumulation de sels minéraux), j'ai acheté en solide du Tibolar pour essayer. Les granulés semblent bien se tenir dans le temps. Je voulais essayé également notamment pour les pins le Tamahi, engrais japonais, mais je n'ai pas encore acheté.
J'ai également acheté en liquide un engrais humique/fulvique pour aider à créer de "la vie" dans ces sols drainants mais stériles (avec notamment le complexe argilo humique si important à l'absorption des nutriments pour les végétaux) et un engrais organique avec un léger NPK, et beaucoup de minéraux, fer...



Et puis pour tenter de rebooster mes pins faiblards, sous les conseils de pros, j'utilise également de l'Osyril.
Tout çà est un budget bien sur, mais c'est comme pour nous, il vaut mieux moins manger, mais manger du bon.



J'avais également installé mes étagères sous des arbres, pensant mettre tout le monde à l'abri vu que je manquais de temps pour cultiver, arroser... Mais erreur fatale, notamment pour les pins. Ils aiment trop la chaleur et la lumière.
J'ai par conséquent déplacer mes étagères pour les pins beaucoup plus au soleil. Cela reste du provisoire le temps que j'organise mon jardin et que je trouve le coin idéal mais ils seront plus au soleil. Je les abriterai juste cet été si on a une période de canicule.

 Maintenant, un petit mot doux tous les jours aux malades et ceux tombés par les tempêtes de vent pour qu'ils passent le cap.

Ces bases essentielles, on les oublie souvent, tellement préoccupés par l'esthétique, la position de telle branche... mais Dame Nature sait vite nous rappeler à l'ordre. Autant les feuillus ont pas trop mal passé la période de manque de temps et laisser-aller mais les pins n'ont vraiment pas apprécié.




22 mars 2017

Remise en forme de mon buis

J'ai profité de mon atelier avec Maître Tanibata pour remettre en forme un de mes buis chouchou, que vous devez connaître si vous me suivez.


Le voici, avant.




Le choix a été de mettre en avant le point focal sur le shari et creux dans le tronc en changeant la face et de ramener la première branche vers l'avant. Un gros nettoyage a également été effectué pour enlever la mousse sur l'écorce et les bois morts. Une veine est morte et le bois mort a été élargi.



20 mars 2017

Atelier avec Maître Tanibata à Beaurepaire

J'ai eu la chance de participer deux jours à un atelier avec Maître Tanibata, spécialiste reconnu des shohin. Sa venue est organisée depuis deux ans par Alexandre Escudero, Guillaume Billaud et tout un groupe de passionnés.


Après mes déboires et la tempête Zeus qui en avait remis une couche sur le moral bas, j'ai vite été reboosté par ce groupe de passionnés fous. Ils m'ont intégré tout de suite. Un peu empoté, dès mon arrivée, le Maître a sauté sur un de mes arbres. Cela m'a obligé à me bouger.

Super ambiance, une organisation au top, un Maître affamé d'arbres... et voilà deux jours passés à une allure de fou!!! Le Maître n'est pas avare en conseils de culture, il taille, il rempote... Rappel des bases incontournables.

Cela fait du bien de sortir un peu de son jardin et de voir qu'on est pas le seul fou à cultiver des arbres en pot, d'échanger, de rigoler... C'est vrai que l'Académie Bonsaï et les cours de Maître Akanuma faisait du bien pour cela. On avait 6 jours par an immergé dans le bonsaï et çà bossait dur. Depuis deux ans, je n'y vais plus pour diverses raisons et je me rends compte que çà m'a manqué.
Il y a d'autres structures, d'autres occasions dont celle ci, avec Maître Tanibata. A recommencer s'il revient l'an prochain!!!

 
 
 
 
 
 





03 mars 2017

Reprise en main...

Après mon petit coup de mou suite à des soucis sur certains de mes compagnons de route, on se rend compte que cette passion est dure car elle est quotidienne. Elle ne pardonne pas le manque de temps et les absences mais elle permet de chouettes rencontres.
Sur Facebook entre autre, je me suis plaint de mes difficultés et j'avoue avoir eu différentes personnes, que je connais pas ou peu, qui m'ont contacté et qui ont pris le temps de me donner quelques conseils, de me donner des noms d'engrais ou stimulants... Comme quoi la communauté bonsaï peut être parfois surprenante et cela fait plaisir!


Alors hauts les cœurs et reprise en main de tout çà. Après préparation de 600L de substrat drainant, une bonne vingtaine de rempotages des feuillus fait. Je vais refaire le plein de substrat et je m'attaquerai aux pins bientôt.


Déplacement des étagères des pins vers plus de soleil, achat de bons engrais...
On repart sur des bonnes bases.



08 février 2017

Dure passion...

Voilà ce qui devait arriver, arriva! Après deux ans de culture moyenne, des entretiens à la va-vite par manque de temps, les problèmes arrivent à grand pas!






Ce qui m'étonne le plus, c'est la rapidité car cela ce passe en à peine 2 mois. Quelques pins auraient attrapés le rouge cryptogamique du pin. Je me demande également si mon if ne présente pas des signes identiques.


Après je ne cherche pas d'excuses, je n'ai qu'à m'en vouloir. Je pensais que sur des arbres établis, même en cultivant un minimum, ils tiendraient le temps de ressortir la tête de l'eau de mes travaux de maison. En fait non, notre passion est ingrate et ne permet pas de demi mesure.




Le coup est dur à encaisser mais bon ainsi est la vie. Je suis partagé entre tout bruler pour éviter une propagation aux restes de mes arbres et tenter un sauvetage.

Je pense qu'en même tenter l'option 2 avant de passer à la 1 si nécessaire en isolant tout le monde, en traitant, en rempotant...


Je voulais reprendre tout çà au sérieux ce printemps, repartir sur des bonnes bases et reprendre le bonsaï avec plaisir. J'avais commencé à rentrer les nouveaux substrats, des nouveaux engrais mais là c'est presque trop tard. Je reprends écœuré, c'est dommage!!!

Heureusement les feuillus semblent eux avoir profités de cette période et m'offrent des ramifications intéressantes. Moi qui était passionné de pins, je vais devoir recommencer à zéro avec eux.

C'est dur mais je vais apprendre de mes erreurs. La base reste la culture, sujet souvent peu abordé.




LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...