30 août 2005

Conseils prélèvement des pins sylvestres

Voilà un sujet bien difficile et ouvert à débat... Le pin sylvestre rentre dans la catégorie d'arbres difficiles à prélever et affirmer que l'on rencontre que des succès serait mentir. Enfin, on essaie de mettre toutes nos chances de côté car quel plaisir de travailler et de contempler ces pins si élégants...

D'abord, sur les sites de prélèvements, ces lieux appartiennent le plus souvent dans ma région à des particuliers, généralement des agriculteurs. Il n'est donc pas difficile d'aller au moins poser la question au propriétaire pour avoir l'autorisation. Je n'ai pour l'instant eu aucun refus en se présentant tout simplement.

Au sujet de la période, beaucoup d'expériences différentes font que le flou y est artistique. De mon côté, j'ai essayé un peu toutes les périodes et il me semble que la fin de l'été, début de l'automne est une période plus favorable. Les prélèvements en août/septembre présentent me semble-t'il un meilleur taux de reprise qu'en avril qui doivent affronter les grosses chaleurs estivales. De plus, les pins ont fait leurs réserves en août/septembre pour le printemps suivant. Il faut juste envisager une protection hivernale pour les températures très basses.
Lors du prélèvement, je conseille d'après mon expérience de garder la vieille terre surtout sur les pins faibles si on a bien sur une motte. Sur des mottes argileuses, on peut bien sur essayer de réduire doucement la motte à l'aide d'une griffe pour arriver jusqu'aux premières racines. Il faut également garder le maximum de masse verte (je coupe uniquement les branches très longues) et le maximum de racines, quite à les enrouler dans le pot.

Puis, pas le moins important, la phase post-prélèvement qui va dépendre aussi de la météo des mois suivants. On conseille d'utiliser des anti-transpirants pour éviter une évaporation trop importante mais je n'en ai jamais utilisé. Jusqu'à maintenant, j'arrose la motte abondamment au Tonus V ainsi que le feuillage. Un des points les plus importants est la vaporisation plusieurs fois par jour du feuillage tout en maintenant la motte juste un peu humide.
Il faut faire très attention car un pin peut rester "vert" jusqu'à 12 à 15 mois après le prélèvement. Donc rien n'est forcemment gagné jusqu'à la deuxième année et une pousse forte.

Commence un long travail de patience et de culture. C'est là où on a fait beaucoup d'erreur et moi encore y a peu de temps. On travaille trop vite nos pins et on vit ensuite les déboires qui viennent avec. J'ai cette année des pins qui sont faibles à cause de ce travail trop précoce et important. Un pin faible a du mal à remonter; du coup, on perd soit l'arbre, soit des années de travail. PRUDENCE!!!

Il faut compter 3 à 5 ans (voir plus) avant de rempoter l'arbre puis attendre 2 à 3 ans avant d'envisager une première mise en forme. On conseille de mettre l'arbre en pot avant tout travail. En gros, pendant ces 3 à 5 ans de culture selon l'arbre, on doit avoir multiplier la végétation du pin par 3 ou 4. PATIENCE!!!

Cà peut paraître très frustrant mais quand j'ai vu quelques uns de mes yamadori finir au compost à cause de mon impatience et de méconnaissances, je conseille la PRUDENCE et la PATIENCE. C'est l'arbre qui décide et non nous!!! Y a des pins forts qu ne s'apercoivent même pas qu'on les a bougé de place et d'autres qui jaunissent à peine on a sorti les ciseaux de la caisse à outil.

Je vous mettrai une photo de mes yamadori de la semaine dernière fait avec mon ami Olivier qui a lui aussi de beaux arbres en préparation et je vous tiendrai au courant des résultats au printemps prochain.
Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...