27 février 2012

Le printemps est là!!! enfin...

Comment je le sais.... mon baromètre me l'a dit!

Et oui, ma tortue de terre, Olive, est sortie aujourd'hui après de longs mois d'hibernation (depuis le mois de septembre en fait!). Elle est pleine de terre, un peu amorphe mais la voici en train de faire sa première balade printanière...



... sous l’œil alerte de mon autre monstre, Anisette, qui elle hivernait plutôt sur le fauteuil du salon.

24 février 2012

Alors... envie de partir!

Cela fait maintenant 3 mois que je suis revenu de Shikoku au Japon et que j’essaie de vous faire profiter de mon périple... et puis aussi vous donner envie de franchir le cap et d'aller visiter cette merveilleuse île, rencontrer des gens adorables qui vont vous réconforter avec les valeurs humaines, voir de beaux bonsaï à Kinashi, un magnifique parc à Takamatsu...

Quand on pense à ce genre de voyage, le trajet compte beaucoup. Ici peu de choix à part l'avion!
Dans le cadre du Shikoku Bonsaï Tour 2011, nous avons pris la compagnie aérienne Asiana Airlines qui est un des partenaires du projet Shikoku Muchujin.



J'avoue que je ne connaissais pas cette compagnie avant ce voyage et j'ai été agréablement surpris. Je n'ai rien à redire sur le voyage, la compagnie, l'avion, le confort. En gros, n'hésitez pas à vous renseigner sur les vols de cette compagnie si vous devez vous rendre en Asie et je l'espère à Shikoku!

En fouillant dans mes affaires, je retrouve un des menus. Vous avez au choix du premier repas un menu "Western" ou un menu "Korean" et son fameux Bibimbab! Il s'agit d'un plat typique coréen à base de riz bien sur et de légumes mélangés avec de l'huile de sésame, de la sauce piquante. Il y a différentes variantes avec de la viande, du poisson...
Un bon plat pour se mettre dans l'ambiance en partant de Paris!

Nous avons eu ensuite un second repas avec aussi 2 possibilités de choix: poulet ou crevettes. Et tout le long du voyage: boissons et snacks.

Merci à Asiana Airlines pour son partenariat qui permet à ce projet Shikoku Muchujin d'exister et merci aux hôtesses pour leur sourire et gentillesse face à ces français excités de partir vers ce paradis!
Une petite vidéo en souvenirs du départ:



21 février 2012

Histoire d'un buis

Voici l’évolution d'un buis, prélevé par JF Busquet, de 2005 à aujourd'hui. Je vous l'avez déjà présenté ICI sur un ancien post.


18 février 2012

T-shirts de Phil

Je joue les mannequins lol

Conférence sur mon voyage Shikoku Bonsaï Tour

Hier soir, au Café lecture Les Augustes, j'ai pu faire un retour sur mon merveilleux voyage à Shikoku. Difficile exercice de résumer et retranscrire un tel voyage au programme si riche en environ 1h. Benjamin Thomas a commencé la conférence sur son voyage plutôt tourné sur le cinéma japonais et j'ai donc terminé sur les 2h qui nous étaient impartis.

Je pense que cela c'est bien passé, j'ai aperçu une trentaine de personne me semble-t'il. J'avais misé sur la vidéo pour présenter les principaux thèmes de mon séjour: bonsaï, jardin japonais, poterie...


Merci à Maiko et Tetsuya pour leur confiance.


La culture des pins noirs en pleine terre

Retour sur ce petit moment passé avec Maître Koji Hiramatsu sur sa manière de cultiver et former les pins en pleine terre. Certaine personne me demande un résumé en français.




Les pins noirs sont les arbres favoris de Hiramatsu San. Ils sont puissants et se développent très bien dans sa région.
Dans ses champs, on voit beaucoup de grand arbre de grande taille de forme moyogi. En effet, cette forme était à la mode lorsque son père à planter ces arbres. La technique est, à partir de jeune plant, de ligaturer le tronc en lui donnant beaucoup de mouvements et de les planter en pleine terre. Mais dès cette étape, le choix est fait sur la future forme de l'arbre. On décide à ce stade si l'arbre sera un moyogi, un sakan.... Une vision a long terme que l'on a du mal à avoir: grosso modo, il sait en travaillant son jeune plant de 1 an ou 2 quelle forme il aura dans 40 ans!

Bien sur, pour faire un arbre de grande taille, il faut beaucoup de temps, soit environ 30-40 ans de pleine terre. Pour un arbre moyen, il faut compter autour de 20 ans.
Chez lui, on ne trouve pas de petits arbres (mame et shohin). Il n'en produit pas, il les achète à d'autres producteurs spécialisés dans cette taille. Mais pour ces tailles d'arbres, pas besoin de pleine terre, ils sont formés en pot uniquement.
Sur les petits que vous pouvez observés sur mes vidéos (comme celui que tient Guillaume dans sa main), toutes les branches sont greffées! Ce travail est tellement bien fait que l'on ne voit et distingue aucune trace. En fait, les greffes sont anciennes et ont plus de 10 ans. Hiramatsu San fait faire ce travail de greffe à quelqu'un qui est spécialisé là dedans.
Ces arbres sont taillées avec la technique dite du "tambaho" (une vidéo expliquant cette technique). L'idée est de tailler la totalité de la pousse de l'année lorsqu'elle est mature, en juillet chez Hiramatsu San, afin d'obtenir une deuxième pousse sur le pin noir, plus courte avec des aiguilles également plus courtes, et de densifier l'arbre.
Cette technique marche très bien sur le pin sylvestre même si celui-ci ne fait pas de deuxième pousse.

Pour les arbres qu'il a en plein champ, il sort les arbres tous les 5 ans afin de couper toutes les grosses racines et principalement celles se développant sous l'arbre et vers le bas. Ceci dans l'objectif de rentrer l'arbre dans un pot à bonsaï directement. Il ne dispose rien sous l'arbre pour empêcher les racines de pousser vers le bas, tout se fait par la taille.
Ensuite, au niveau de la végétation, il coupe tous les ans à la fin de l'été les branches pour nettoyer, obtenir une ramification 2 par 2, supprimer les branches mal placées et mal orientées.

09 février 2012

Café japonais spécial Shikoku

Café-Japonais Spécial
Témoignages de séjours à Shikoku
Vendredi 17 Février à 18H30 aux Augustes
  
                    Notre association Japon Auvergne-Nippon Auvergne (JANA) soutient activement les activités et les projets de l'association Shikoku Muchujin  du Japon dont la présidente est notre amie Mme Mié OZAKI. Il s’agit d’une association japonaise à but non-lucratif, qui cherche à promouvoir le charme de la région du Shikoku, une des quatre grandes îles du Japon, en Europe et notamment en France. Elle organise les Shikoku Bloggeurs Tour en invitant chaque année des bloggeurs français afin de leur faire découvrir cette région et sa culture, dans le cadre du projet du Ministère Japonais du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme. Depuis plusieurs années, Mme OZAKI et nous, essayons de rapprocher nos deux régions, l'Auvergne et le Shikoku.
  
    L'an dernier, nous avons ainsi recommandé deux amis Auvergnats que nous savons passionnés par des arts japonais pour différents projets organisés par ce ministère afin de commencer un travail d'échanges. Jérôme COLOGNE, nouveau président de l'Auvergne Bonsaï Club, est parti en novembre pour approfondir ses connaissances dans ce domaine car c'est une des meilleures régions de Matsu bonsaï - bonsaï du pin au Japon, et Benjamin THOMAS, enseignant en études cinématographiques, spécialiste du cinéma japonais, est parti en décembre pour développer des échanges cinématographiques et rencontrer des cinéastes. Ils ont passé un excellent séjour avec les habitants du Shikoku, nous en sommes très heureux. Nous voudrions donc partager leurs voyages avec le plus grand nombre, c'est pour cela que nous organisons ce café-japonais spécial. Nous aurons ainsi le grand plaisir de vous faire découvrir cette belle région encore peu connue en France à travers les témoignages de Jérôme et Benjamin.

     Par ailleurs, depuis cette année, le comité du Shikoku Muchujin a été recomposé en intégrant notamment des personnages importants de la région en tant que membres d'honneurs de l’association.
Nous avons également été sollicités afin de  rejoindre ce comité, et j’ai ainsi été officiellement nommée déléguée générale France.
Nous sommes très touchés et honorés par cette marque de confiance.
 
Nous allons chercher au maximum à rapprocher nos deux pays, et à réaliser des projets intéressants et originaux d'échanges culturels.

Ne manquez pas le café-japonais spécial du vendredi 17 février, à 18H30 aux Augustes, nous vous emmènerons pour un petit voyage dans cette île merveilleuse du Japon, et nous sommes sûrs que vous allez devenir tous
''Shikoku Muchujin'' c’est-à-dire ''passionnés de Shikoku''. Venez nombreux ! 

Animé par Jérôme COLOGNE (Auvergne Bonsaï Club), Benjamin THOMAS (auteur de livres sur le cinéma japonais contemporain), avec Maïko et Tetsuya GOTANI de l'association Japon Auvergne-Nippon Auvergne (JANA)  

 
Jérôme Cologne, président d'Auvergne Bonsaï Club et passionné de bonsaï depuis 10 ans. Dès ses débuts, il rencontre d’autres passionnés qui lui font découvrir cet art et qui le pousse à progresser. Il intègre rapidement des clubs, suit des stages chez des professionnels ou avec des Maîtres japonais, et entre  à l’Académie Bonsaï où enseigne Maître Akanuma il y a 5 ans. Il a déjà voyagé une première fois au Japon il y a 3 ans dans la région de Sendaï.
Son blog Matsu Bonsaï : Cliquer ici
 
 
Benjamin Thomas, enseignant en études cinématographiques. Il a participé à plusieurs revues et ouvrages collectifs, dans lesquels il a écrit sur le cinéma de genre ou sur des films italiens, russes, français, américains. Mais son domaine de prédilection est le cinéma japonais contemporain (à partir des années 90). Il est l’auteur de deux ouvrages sur la question, dont le dernier, Le Cinéma japonais d’aujourd’hui, est paru en 2009 aux Presses Universitaires de Rennes. Il a fait plusieurs séjours au Japon, mais sur Honshû uniquement.
Son site web : Cliquer ici
''Shikoku-é'' (blog): Cliquer ici
 
Tous les renseignements : Association Japon Auvergne-Nippon Auvergne (JANA)
Maïko et Tetsuya GOTANI

08 février 2012

Poterie à Henden-an

Retour su mon merveilleux voyage à Shikoku


Une nouvelle rencontre en avril avec Taiga Urushibata

Taiga Urushibata est né à Shizuoka, en juillet 1979, et a maintenant 32 ans. Depuis sa naissance, il vit parmi les bonsaï, puisque c’est le deuxième fils de Monsieur Nobuichi Urushibata, connu comme bonsaïste.
En 2000, il fut accepté comme apprenti par Monsieur Masahiko Kimura. Durant les six ans qu’il passa avec lui, il apprit beaucoup. Monsieur Kimura dit que Taiga Urushibata est l’un des meilleurs apprentis qu’il eut.
En 2006, après avoir terminé son apprentissage, il retourna à Shizuoka, dans la maison où il nacquit. Il est maintenant un artiste reconnu qui travaille avec son père à Taisho-en (jardin de bonsaï de la famille).
En tant que jeune nouveau talent, il n’a encore gagné aucun prix, mais ses travaux apparaissent fréquemment dans les revues japonaises de bonsaï, attirant l’attention des passionnés du monde du bonsaï. Ses arbres favoris sont les conifères, particulièrement les genévriers, comme son maître Masahiko Kimura. Il travaille autant les petits arbres que les arbres de grande taille.

Et le 21 avril, je vais pouvoir travailler avec lui chez Laurent Breysse à l'occasion de l'exposition de l'association des professionnels du bonsaï Kyookaï. Il me tarde de le rencontrer!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...