24 mai 2008

Le métro de Tokyo

Mais comment çà marche ce truc????

L'Empereur du Japon, Akihito, en personne

"Vous êtes bénis des Dieux japonais pour vous remercier de votre passion envers notre pays..." Voici la réponse de mes amis japonais, Maïko et Tetsuya, quand je leur ai raconté cette aventure et montré ces photos.

Et oui, en pleine visite du Jardin Impérial... un attroupement autour d'une voiture... "Tiens une personne connue???" me dis-je... "... l'Empereur... oui l'Empereur!!!!!" me réponds notre guide. "Ah bon".

Après discussion avec mes amis japonais, qui en ont parlé également à leur famille au Japon, il s'agit d'un moment très rare que nous avons vécu.
En fait, Akihito a rencontré sa femme en jouant au tennis. Ils ont donc gardé l'habitude de faire une partie toutes les semaines. C'est le seul moment où l'Empereur conduit lui-même. Il repasse d'ailleurs tous les ans son permis de conduire (et oui au Japon à partir d'un certain âge, il faut repasser annuellement son permis) juste pour ce moment "d'intimité", passé avec son épouse.

Pour mes amis, c'est un signe, même eux ne connaissaient pas cette histoire. Nous sommes tellement passionnés par le bonsaï et le Japon en général que les Dieux nous ont fait un signe.

J'aime bien cette histoire.

Le Musée national d'art moderne

Le Musée National d'Art Moderne présente des œuvres d'art du 20e siècle. Sur cinq étages, le Musée des Sciences propose des expositions en trois dimensions qui couvrent tous les domaines des sciences modernes, des sciences spatiales à agricoles (pas de photos à l'intérieur, 200 yens l'entrée).
A coté de ses deux musées se trouve le Parc Kitanomaru avec son long sentier qui sillonne le vaste jardin.

Après cette journée culturelle, visite d'un quartier chinois très commerçant dans les parages... et surtout recherche d'un bar à sushi pour bien finir le séjour.

Le jardin du Palais Impérial et son musée

Aujourd'hui, comme hier journée culture, pas de bonsaï au programme (période de sevrage car la fin du voyage approche!). Nous visitons le jardin impérial et le musée de la collection impériale.
La partie ouest du jardin, où se situe le palais impérial, est interdite au public sauf à deux occasions (le jour de l'anniversaire de l'Empereur, le 23 décembre, et au Nouvel An). Le reste du jardin est ouvert au public toute l'année.
Le Palais Impérial, qui était autrefois le château d'Edo, est encore entouré de ses douves d'origine. De superbes portes et d'anciennes tours de garde (des samourais) ponctuent l'enceinte à intervalles réguliers. Le Nijubashi, un élégant pont à deux arches, mène à l'entrée principale ouverte au public à certaines occasions.

Le Jardin de l'Est (Higashi Gyoen) abrite les vestiges de l'ancien château d'Edo. Différentes variétés de fleurs agrémentent le jardin à chaque saison offrant au visiteur un lieu de détente idéal.
Ce jardin de 21 hectares (pensez aux baskets!), attenant au palais impérial, abrite aujourd'hui de très nombreux arbres, dont les symboles de toutes les préfectures du Japon, le Sannomaru Shozokan, ou musée des collections impériales (pas de photos à l'intérieur), plusieurs monuments historiques et un jardin japonais typique.

23 mai 2008

Le musée d'estampe et le jardin de Koishikawa Korakuen

Après une visite d'un musée d'estampe (où les photos n'étaient pas trop autorisées), nous voici partis passer l'après-midi au Koishikawa Korakuen.

Il s'agit d'un jardin japonais situé à proximité du Tokyo Dome dans le quartier de Koishikawa de l'arrondissement de Bunkyō, à Tokyo. Il comporte un lac central et plusieurs petites collines, ce qui en fait un lieu de promenade apprécié, et typique des jardins de promenade (kaiyushiki teien) de l'époque d'Edo. C'est le jardin le plus ancien de Tokyo.

Suivant la tradition des jardins de promenade, les nombreuses espèces d'arbres et de fleurs de Kōrakuen ont été sélectionnées pour offrir des pics de couleur à différents moments de l'année. Ainsi, les abricotiers fleurissent en février, les cerisiers fleurissent de fin mars à début avril, les glycines fin avril, etc., jusqu'aux momiji dont les feuilles rougissent fin novembre.

C'est un des sept sites du Japon possédant à la fois le statut de « lieu remarquable pour la beauté de son paysage » et de « site historique remarquable ».

Puis balade dans les rues alentours avec découverte d'un fabricant de boîtes pour permettre aux sumos de ranger leur kimono avant de rentrer sur le ring, d'un magnifiqua magasin d'encens...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...